Quand la danse vit en nous, il ne faut pas faire le possible mais l’impossible

Léa Filhol est passionnée de danse sportive. Elle s’est exprimée à propos de celle-ci pour notre rubrique « Danse & Vous ». On vous dévoile ses propos sans plus tarder.

Depuis toute petite, j’adore pratiquer des disciplines artistiques en compétition. J’ai donc commencé avec la natation synchronisée en compétition à l’âge de 6 ans pendant quatre ans. Puis je me suis tournée progressivement vers la danse classique et contemporaine que j’ai pratiquées durant cinq ans, dont la dernière année en formation semi-professionnelle. M’étant blessée, j’en ai profité pour changer de discipline. J’avais vu à la télé Axel et Alizée qui avaient gagné Incroyable Talent et leur danse m’avait beaucoup plu. Me voila donc entrée dans ce merveilleux univers d’élégance et de performance : la danse sportive.

2015-11-29_184941 (1)

Ce qui me plait dans la danse sportive ou la danse en général, c’est le dépassement de soi pour réussir à effectuer des pas compliqués ou relever de nouveaux défis toujours plus fous les uns que les autres. Même si c’est parfois dur, que les entraînements ou les préparations physiques ne sont pas faciles, on finit par s’habituer à cette douleur dans nos muscles et à y prendre plaisir. Et ce, parce que cela signifie que nous dansons, que nous continuons de faire vivre la danse à travers nous, de l’incarner.

La plus belle réussite d’un danseur, c’est d’avoir une bonne technique, bien sûr, mais je pense que c’est surtout de réussir à transmettre au public l’essence des émotions que nous ressentons dans notre danse, de la leur faire partager. Nous nous faisons plaisir sur piste en compétition mais il ne faut pas oublier que nous faisons aussi plaisir au public et que nous devons, l’espace d’un instant, les faire voyager dans un monde paisible, loin de leurs problèmes.

2015-11-29_183553 (1)

Quand on est vraiment passionné par la danse, celle-ci vit toujours en nous, que l’on soit en compétition ou chez nous. La sensation la plus magique à mon goût est celle que je ressens quand une musique passe. Je l’entends et petit à petit, c’est comme si elle se diffusait dans mon sang et me fait ensuite danser l’émotion qu’elle me donne.

Pour danser, il faut savoir s’exprimer sans parler, transmettre et communiquer nos sentiments. Incarner son personnage avec grâce. Il faut vivre sa danse avec soi, avec son partenaire et avec le public, c’est là la vraie magie. C’est aussi se dévoiler et atteindre la perfection avec son corp, mais aller toujours plus loin. C’est servir la danse pour la faire vivre avec beauté l’espace d’un instant. Il faut avoir le courage d’oser des choses qui nous faisaient peur ou que nous n’osions pas faire avant. Pour la danse, il ne faut pas faire le possible, mais l’impossible !

IMG_4034 (1)

Article : Léa Filhol, 19ans (Toulouse)

Crédit photos : Eric Bignon/clichés fournis par Léa Filhol 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *