Elise Pompom Girl, chorégraphe et danseuse : « Pompom is the new dance ! » (INTERVIEW)

La rédac’ de danse-et-vous.com s’est intéressée de près au pompom. Nous sommes allés à la rencontre d’Elise Pompom Girl, danseuse et chorégraphe, qui nous a dit tout ce qu’il fallait savoir à propos de cette discipline.
h
C’est l’été, il fait beau, il fait chaud et la rédac’ de nous cache pas qu’elle adore regarder des séries américaines où les histoires d’amour vont bon train et où les paysages idylliques défilent. Oui, nous faisons nos aveux : ces séries pour ados nous passionnent ! D’ailleurs, en les regardant de près, nous nous sommes aperçus que de nombreuses scènes avec des cheerleader sont présentes. C’est alors que nous avons pensé au Pompom qui est peu connu en France. Grossière confusion de notre part ! Contrairement aux idées reçues, le cheerleading n’est pas similaire à celle-ci et Elise Pompom Girl, chorégraphe et danseuse, nous a remis « les points sur les i ». Elle nous a dit tout ce que nous devions savoir du Pompom, c’est parti pour son interview !
D.M – Bonjour Elise et merci de répondre aux questions de danse-et-vous.com ! Danseuse et chorégraphe, vous enseignez le Pompom. D’où vous est venue cet attrait pour cette discipline ?
h
Elise – Bonjour Meryl, et merci à danse-et-vous.com de s’intéresser à ma discipline. Comme beaucoup de danseuses, j’ai commencé très tôt par la danse classique et le modern jazz, adolescente déjà j’aimais créer des chorégraphies punchy et sexy. Quand j’ai découvert le pompom dans un club de danse en 2008, ça été un véritable coup de foudre !! C’était absolument tout ce que j’aimais dans la danse : l’énergie et le glamour. Et j’ai tout de suite adoré la dimension supplémentaire que permettent les pompons dans les chorégraphies. J’ai ouvert mes premiers cours à Paris en 2011 et j’enseigne désormais au Centre des Arts Vivants. Je suis la chorégraphe du film « Qui C’est Les Plus Forts ? » de Charlotte De Turckheim (sorti en salles en juin dernier). Et cette année, j’ai été nommée Présidente du Jury pour le concours Pompom CDMGE qui a réuni plus de 7.000 personnes et 35 équipes participantes.
h
EPPG Profil portrait
h
D.M –  Quelles sont les qualités requises pour être une bonne danseuse de pompom selon vous ? 
h
Elise – Les bases sont : l’énergie et la bonne humeur ! Evidemment, pour être une bonne danseuse de pompom, il faudra travailler la coordination et la technique comme pour tout autre danse mais il sera également indispensable d’avoir un bon esprit d’équipe et de s’intéresser à différents styles.
h
D.M – Quels sont les pas de base du pompom à connaître ?
h
Elise – La technique Pompom est complexe parce qu’elle sollicite aussi bien le haut que le bas du corps, c’est pour cela qu’il est important de savoir les gérer ensemble dans l’espace. Le travail des jambes est souvent évident lorsqu’on parle de danse et en ce qui concerne le pompom, la maîtrise des bras est tout aussi indispensable. Les pas de bases à connaître sont donc en priorité les positions des bras et les lignes de placement par rapport au corps (diagonales, hauteurs d’épaules, etc.).
h
Nouveau cours pompom dimanche 7
 h
Nouveau cours pompom dimanche 8
h
D.M –  On parle très souvent des Pompom Girls mais on a tendance a oublier les Pimpim Boys ! Concrètement, le pompom est-il autant ouvert aux femmes qu’aux hommes ?
h
Elise – Avec moi, OUI !! Quand j’ai ouvert mes premiers cours en 2011, je tenais absolument à ce qu’ils soient accessibles à tous et c’était une grande nouveauté. C’est à ce moment là que j’ai créé le concept de « Meltin’POM » c’est à dire le pompom pour tous. L’objectif de casser les stéréotypes pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de faire du Pompom. Ainsi hommes et femmes, quelque soit leur âge, leur morphologie ou leur niveau de danse peuvent devenir Pompom !
h
D.M – La confusion entre ce qu’est le pompom et le cheerleading est fréquente. Pouvez-vous expliquer à nos internautes ce qui les différencie ?
h 
Elise – En quelques mots (même s’il y a tant à dire sur le sujet), le pompom est une danse issue du cheerleading. Au départ, les cheerleaders (littéralement « meneurs de claques ») étaient exclusivement des hommes qui guidaient les applaudissements d’un stade. La discipline n’a cessé d’évoluer pour devenir le sport plus connu aujourd’hui fondé principalement sur de la voltige. Les cheerleaders « pures » sont donc davantage des gymnastes et ne tiennent pas de pompons aussi bien pour pouvoir claquer des mains que pour pouvoir réaliser des portés.
h
Le pompom, quant à lui, est une danse dérivée des parties réalisées au sol et cette fois-ci avec des pompons qui rendent les chorégraphies et leurs formations davantage lisibles dans les stades. Même s’il existe toujours des équipes qui pratiquent à la fois le pompom et le cheerleading, les disciplines aux techniques très différentes ont de plus en plus tendance à se pratiquer de manière indépendante. Le pompom est donc une danse qui ne nécessite pas de savoir faire des pyramides ou des acrobaties mais bien d’interpréter des chorégraphies.
h
D.M  – Le pompom est peu connu en France et souvent victime de clichés. Qu’est ce qui pourrait changer la donne selon vous ?
h
Elise – Un peu de temps et beaucoup de travail ! Je pense que le développement du pompom pourra être comparable à celui de la Pole Dance qui a a été victime de clichés avant d’être reconnue à sa juste valeur. L’image véhiculée par les films américains est effectivement pénalisante pour le pompom, j’ai souvent besoin d’expliquer que NON, ce ne sont pas des « Barbies » arrogantes qui épellent des mots en brassière et mini jupe. Mais j’ai la chance de rencontrer chaque jour de plus en plus de personnes qui s’intéressent et aiment mon travail. Chaque cours, chaque chorégraphie, chaque projet me permet de faire grandir la communauté pompom et sa notoriété, il n’y a rien de mieux pour combattre les clichés et faire évoluer les mentalités.
h
CDMGE - 1
h
D.M – Pensez-vous que cette discipline pourrait à terme, intéresser la Fédération Française de Danse comme cela a été le cas pour la Pole Dance par exemple ?
h
Elise – Avec comme slogan « la danse, toutes les danses », oui absolument ! Tout comme la Pole Dance, le pompom fait découvrir de nouvelles techniques de danse et possède un véritable univers sportif et artistique donc je pense que ce serait une chance d’être un jour soutenue par la FFDanse.
h
D.M – Pour finir, si vous deviez donner envie à nos internautes de se lancer dans le pompom, que leur diriez-vous ?
h
Elise – « Pompom is the new dance » : oubliez les stéréotypes et osez le pompom avec Elise Pompom Girl !
h
Interview : Meryl Frezal
 h
Crédit photos : Elise Pompom Girl 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *