Mouvements Émouvants : Focus sur les danses et les artistes présents au festival !

Moins d’un mois avant le top départ du festival Mouvements Émouvants ! Les danses classiques indiennes seront mises à l’honneur; que savons-nous vraiment de celles-ci ? danse-et-vous.com fait le point avec vous.

Il y a quelques semaines, la rédaction de danse-et-vous.com vous a dévoilé le programme du festival Mouvements Émouvants. C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons que nous sommes partenaire de celui-ci et que nous serons présents à quelques événements (on vous en dira plus à ce sujet en temps voulu !). Il nous tarde d’en savoir plus à propos de ces danses classiques indiennes car après tout, que sont-elles vraiment ? Que savons-nous des origines de celles-ci ? Il est grand temps de faire le point avec vous sur ces dernières mais aussi de vous en dévoiler plus sur les artistes qui seront présents au festival.

Le kathak

Le kathak est une danse classique du Nord de l’Inde (Uttar pradesh, Rajasthan). C’est dès le 15e siècle qu’il acquiert la forme que nous lui connaissons aujourd’hui avec le développement du mouvement dévotionnel (Bhakti) mais aussi l’influence de la culture de cour persane (empire moghol). Ce style est l’un des plus populaires et la personne qui sera présente pour le festival afin de représenter cette danse est Isabelle Anna, l’une des rares artistes françaises qui est reconnue par le gouvernement indien pour la pratique de cet art. Elle dirige la compagnie Kaléidans’Scop et co-dirige le centre Mandapa fondé par ses parents.

Mohini Attam

Mohini Attam. Cette « danse de l’Enchanteresse » vient du Kerala (Inde du sud)  et elle est évoquée dans la mythologie hindoue (son origine historique a divisé les chercheurs encore au 16e siècle) puisque le Dieu Vishnou aurait pris plusieurs fois l’apparence séductrice de Mohini afin de vaincre les démons. C’est un style exclusivement féminin qui s’enracine dans la tradition des danses sacrées des temps mais aussi dans celle des danses collectives rituelles. Brigitte Chataignier est allée étudier en Inde pendant sept ans et c’est en 1995 qu’elle a fondé La Compagnie Prana avec Michel Lestréhan. Elle est reconnue artiste officielle par le gouvernement indien et on peut citer quelques unes de ses créations comme La Chambre des Vertiges (2002), Elementaire (2005), Gopika (2009) Gangâ (2011) et actuellement Bhopal Blue (2015).

Bharata Natyam

Parmi les huit styles classiques indiens, le Bharata Natyam est sans nul doute le plus connu. Celle-ci a une connotation religieuse dans le sud de l’Inde car les danseuses sacrées offraient des danses aux dieux. C’est à la fin des années 1920 que cette danse connaît une véritable renaissance car elle a été dépréciée pendant la colonisation britannique. Tarikavalli est l’héritière du Bharata Natyam de l’école de Pandanallur. Elle partage sa vie d’artiste entre l’Inde et la France…

Kathakali 

Le Kathakali est un théâtre dansé qui s’est développé au 17e siècle. Celui-ci est héritier d’une forme théâtrale datant du 9e siècle (Kuttiyattam) mais aussi d’un art martial du 12e siècle (Kalarippayatt) et de rituels locaux. Bien qu’il se soit particulièrement développé aux 18 et 19 e siècles, le déclin des familles royales (ces dernières lui accordaient son patronage) lui enlèvera ses lettres de noblesse mais celles-ci seront retrouvées dans les années 1930. Kalamandalam Karunakaran est diplômé de l’institut d’arts Kerala Kalamandalam. C’est au Kerala et à New Delhi qu’il interprète les grands rôles de sa tradition théâtrale et il faut savoir qu’il s’implique notamment dans la diffusion de son art en Europe.

Sattriya

Le Sattriya est une danse de l’Assam (Inde du Nord) qui est née dans les monastères dès le 15 e siècle. Ce sont les moines vishnouites qui dansaient celle-ci sous la forme de théâtre dansé à caractère mythologique. C’est il y a quelques années seulement, en 2000 pour être précis, qu’elle a été reconnue classique par l’Académie nationale de musique, danse et théâtre car la pratique de cet art fut maintenue dans les monastères jusqu’aux années 1950. Gracieuses ondulations et souplesse des grands pliés caractérisent cette danse et  la danseuse Meena Kanakabati la connait bien. Sourde de naissance, cela ne l’empêche pas de s’intéresser aux traditions qui entourent le Sattriya et de mettre l’accent sur la gestuelle mais aussi le mouvement théâtral. D’ailleurs, elle a fondé dans le sud de la France la Compagnie Mudra Danse qui axe son travail sur le mouvement dansé.

Odissi

Concluons ces présentations des danses classiques indiennes avec la danse Odissi originaire de l’Odisha (Inde centrale). Celle-ci a été nourrie par les mouvement religieux et c’est au 11e mais aussi au 16e qu’elle s’est particulièrement développée. Suite aux conquêtes afghanes et britanniques, elle a perdu de son prestige mais dans les années 1950, elle est devenue un art scénique à part entière. Avec ses déhanchés gracieux et la fluidité des mouvements de buste, elle a su retrouver sa place. Mahina Khanum (l’organisatrice du festival) s’est formée à cet art dès l’âge de 13 ans et est diplômée de l’école Gandharva Mahavidyalaya à New Delhi. Par la suite, elle a suivi un Master à l’Institut national des langues et civilisations orientales à Paris et elle travaille à valoriser les danses classiques indiennes, d’où l’existence d’un festival dédié aux cultures de celles-ci.

Si vous avez envie de voir de vos propres yeux à quoi ressemblent ces danses, vous savez ce qu’il vous reste à faire… Vous rendre au festival Mouvements Émouvants bien sûr ! 🙂

 Source : Communiqué Mahina Khanum

Crédit photo : commons.wikimedia.org

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *