Mouvements Émouvants : Découvrez ce que nous avons pensé du spectacle du festival ! (Critique)

C’est le 24 avril que s’est achevé le festival de danses classiques indiennes Mouvements Émouvants. Quelques jours avant ce clap de fin, nous avons assisté au spectacle qui s’est déroulé au Théâtre Adyar et bien sûr, la rédac’ de danse-et-vous.com vous donne ses impressions ! 

Pour faire (re)découvrir les danses classiques indiennes et surtout, pour les rendre plus accessibles au public, Mahina Khanum, organisatrice du festival Mouvements Émouvants, a choisi d’organiser avec son équipe et ses artistes un spectacle qui a été dévoilé au public le 22 avril dernier du côté du Théâtre Adyar. Six professionnels étaient donc attendus pour faire montrer l’étendu de leur talent au spectateurs. Après avoir été transportés en Inde de par les odeurs d’encens qui embaumaient le hall de l’établissement, nous nous sommes installés afin de découvrir la première performance : celle de Tarikavalli (avec qui nous avons d’ailleurs testé un cours de danse le lendemain) pour une chorégraphie de bharata natyam. Entre rapidité et vigueur, nous avons été séduits par cette interprétation de l’épanouissement d’une fleur. Les mouvements très saccadés du corps et la gestuelle très précise de la danseuse étaient impressionnants, sans parler du grand contrôle de sa respiration !

Tarikavalli - Bharata Natyam 3

Par la suite, Mahina Khanum, qui pratique la danse odissi, a dévoilé sa chorégraphique après qu’un poème sanskri du 12e siècle ait été récité en amont. Vêtue d’un costume traditionnel vert et bordeaux, la danseuse était éblouissante et nous avons été envoûtés par sa gestuelle tout comme bon nombre de spectateurs présents dans la salle. Nous avons eu à peine le temps de nous remettre de cette performance que la danseuse Isabelle Anna (qui est d’ailleurs l’une des rares artistes françaises dont la maîtrise de l’art est officiellement reconnue par le gouvernement indien) est entrée en scène. Cette dernière pratique le kathak, le seul style classique qui a une double influence hindoue et musulmane. Celui-ci se caractérise par une grande rythmique et de nombreuses pirouettes et la danseuse nous a livré une performance très énergique et nous avons été sans voix lorsqu’elle a enchaîné les tours sur elle-même !

Mahina Khanum - Odissi 4

Mahina Khanum - Odissi 7

Isabelle Anna - Kathak 6

Quant à Meena Kanakabati, elle pratique du théâtre dansé. Le sattriya a été reconnu en l’an 2000 comme une danse classique indienne et il faut savoir qu’il était exclusivement pratiqué dans les monastères auparavant et uniquement par des hommes. L’artiste a évoqué la démarche du paon et elle a effectué de nombreux mouvements dans l’espace. Bien que nous ne nions pas le talent de la danseuse, c’est peut être la danse classique indienne à laquelle nous avons été le moins réceptifs !

Meena Kanakabati - Sattriya 2

Néanmoins, s’il y a bien une prestation qui nous a scotché à notre siège (oui, oui !), c’est bien lorsque le danseur Karunakaran est arrivé sur scène avec son costume et son maquillage élaborés. Celui-ci pratique le kathakali qui est une danse théâtrale rarement présentée en festival car la transformation physique de l’artiste demande des heures de travail. Son regard très expressif était percutant et il semblait réaliser une véritable danse de celui-ci. Sa prestation fut d’autant plus impressionnante lorsqu’il est mort sur scène et que l’effroi s’est lu sur son visage. Le seul point négatif que nous avons trouvé à cette performance fut le fait qu’elle ait été un peu longue à notre goût mais sinon,  nous n’avons rien à redire !

Karunakaran - Kathakali 1

Après quelques minutes d’entracte, des artistes sont revenus sur scène pour danser de nouveau. Malheureusement, nous n’avons pu découvrir la performance de Brigitte Chataignier qui, souffrante, n’a pu danser. C’est la danseuse Lila Fallot qui l’a remplacée pour le spectacle et qui a dévoilé sa chorégraphie de mohini attam, appelée également « la danse de l’Enchanteresse », du nom de la belle séductrice qu’aurait incarnée le dieu Vishnu pour vaincre un démon. Isabelle Anna a clos le spectacle et comme précédemment, elle a été époustouflante avec sa chorégraphie énergique remplie de grâce. Pour finir cette critique, nous dirions que nous avons passé un très bon moment et que contrairement à ce que l’on pourrait croire, des danses comme les danses classiques indiennes peuvent être accessibles à un public qui n’est pas connaisseur car tout dépend de la façon dont elles sont présentées. Si vous avez été présent à ce spectacle ou même à d’autres activités du festival, n’hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé ! 🙂

Lila - Mohini Attam 5

Critique : Meryl Frezal

Crédit photos :  P. Le Ster

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *