L’Opéra : Un documentaire riche sur les coulisses de l’Opéra de Paris (Critique)

Aujourd’hui sort dans les salles le documentaire l’Opéra de Jean-Stéphane Bron. Celui-ci nous fait connaître cette institution sous un autre jour en nous dévoilant plus en détails les coulisses; danse-et-vous.com vous dévoile sa critique.

L’Opéra Garnier est « le seul qui a une production de ballet et de lyrique à ce niveau-là ». Ce n’est pas la rédaction de danse-et-vous.com qui affirme ses propos mais bien Stéphane Lissner, le directeur de l’Opéra de Paris. C’est sûrement pour cela que cette institution est si fameuse et qu’elle fascine tant. Outre les architectures splendides et hors normes du Palais Garnier et de l’Opéra Bastille, les diverses productions qui sont présentées au public sont elles aussi d’une qualité indéniable. De nombreux éléments nous permettent ces affirmations. Que ce soit au niveau des costumes, de la mise en scène ou bien des artistes talentueux qui sont choisis pour être sur scène, l’Opéra de Paris rayonne et évolue. Comment ces évolutions sont-elles possibles ? Comment proposer des productions modernes tout en conservant un style traditionnel ? Comment gérer les problèmes techniques ou autres lorsque ceux-là se manifestent ? Ce sont, entre autres, ces questions que pose le documentaire l’Opéra de Jean-Stéphane Bron qui est visible ce mercredi 5 avril dans les salles. Nous l’avons visionné, voici ce que nous en avons avons retenu.

La gestion des « crises » et des problématiques diverses

Comment communiquer sur les nouveautés proposées à l’Opéra de Paris ? Une véritable question qui se pose et ce, notamment lorsqu’il ne s’agit pas seulement de présenter un nouveau programme. En effet, les avant-premières jeunes [ndlr, qui permettent à des jeunes de moins de 28 ans de découvrir en exclusivité les nouveaux spectacles lyriques et chorégraphiques de la saison quelques jours avant les premières] par exemple sont proposées depuis peu et dans la mesure où c’est un événement, il était important de ne pas négliger la communication à ce propos. Cependant, d’autres questions plus problématiques se posent à l’Opéra de Paris. Le documentaire a été tourné en partir pendant la grève qui s’est déclarée suite à l’annonce de la suppression de nombreux postes mais aussi au sujet de la revalorisation de la prime des modulants. Une période qui fut compliquée pour l’institution car il est difficile de proposer des spectacles toujours plus beaux et coûteux tout en ne faisant pas de « sacrifices ».

Pendant ce documentaire, on voit également Stéphane Lissner s’exprimer sur les attentats du Bataclan : « Il faut montrer aux terroristes que le monde du spectacle vivant et de la culture sont plus forts que leur barbarie » a-t-il déclaré lors d’un discours suite à la générale de La Bayadère. Autre événement qui s’est déclaré pendant le tournage : le départ de Benjamin Millepied et l’annonce de la nouvelle directrice de la danse : Aurélie Dupont. On peut observer la communication avec les journalistes qui n’est pas toujours aisée puisque certains veulent en savoir plus au sujet de ce départ. Outre la communication avec la presse, nous découvrons également une autre problématique : celle du prix des places pour venir à l’Opéra. Comment conserver l’élitisme de cette institution tout en proposant des places à un prix plus abordable pour la classe moyenne ? Il est intéressant de mettre en lumière l’ensemble des problématiques énoncées plus haut puisque cela permet de voir les dessous de l’Opéra de Paris. D’ailleurs, qu’avons-nous appris de plus ?

Les dessous de l’institution

Lorsqu’on voit un ballet ou un opéra, nous sommes souvent éblouis par la beauté de ce que nous voyons sur scène. Bien que le talent des artistes y soit pour beaucoup, la mise en scène, les éléments techniques (l’éclairage, le son) mais aussi les costumes y sont pour beaucoup. Ainsi, découvrir les coulisses de l’opéra de Paris est intéressant puisque cela permet de mettre en avant « les petites mains » qui travaillent au sein de cette institution (comme les assistants de mise en scène par exemple). De plus, assister aux répétitions d’un opéra permet de mettre en avant les problématiques qui peut être rencontrées : le filage, le tempo idéal, la maladie d’un artiste… D’ailleurs, à propos des artistes, le documentaire de Jean-Stéphane Bron en suit certains comme le jeune baryton Mikhail Timoshenko.

l'Opéra 120_ 090217.indd

L’évolution des artistes

Dès le début du documentaire, on assiste  l’audition d’un chanteur qui est sélectionné : Mikhail Timoshenko. Ce baryton d’origine russe est ravi d’être pris à l’Opéra de Paris et bien qu’apprendre la langue française soit un véritable défi pour lui, il persévère afin de s’améliorer. Tout au long du film, nous suivons son évolution et on se rend compte que la musique est un art qui demande beaucoup d’efforts physiques tout comme la danse (on le voit notamment lors de la séquence avec la chanteuse qui transpire beaucoup lors de sa performance sur scène et qu’elle se fait tendre des mouchoirs). On suit également les enfants musiciens pendant leurs répétitions et ils apprennent ce qu’est la rigueur et le perfectionnisme. Les artistes de l’Opéra de Paris ont une place importante dans ce documentaire. D’ailleurs, les derniers plans sont sur le baryton Mikhail Timoshenko; un final riche en émotions pour ce long-métrage

>> Alors, irez-vous voir l’Opéra ?

Critique : Meryl Frezal

Crédit photos : Films du Losange/Pixabay – CC0 Public Domain

 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *