La flûte enchantée par le Béjart Ballet Lausanne : Un opéra dansé qui sublime la musique de Mozart, notre critique !

La rédaction de danse-et-vous.com a pu découvrir en avant-première « La flûte enchantée » par le Béjart Ballet Lausanne au Palais des Congrès de Paris. Alors, qu’avons-nous pensé de ce spectacle qui signe notamment le trentième anniversaire de la compagnie ?

Nous vous l’avons annoncé il y a quelques mois maintenant : La flûte enchantée par la Béjart Ballet Lausanne sera visible dès ce soir et ce, jusqu’au 11 février prochain au Palais des Congrès de Paris. Il nous tardait de découvrir celui-ci dans la mesure où nous apprécions tout particulièrement cet opéra de Mozart mais aussi parce que nous sommes sensibles au travail chorégraphique des danseurs de la compagnie suisse. De plus, lorsque le défunt Maurice Béjart a décidé de chorégraphier cette oeuvre phare de Mozart, il savait que cela relevait d’un véritable défi. Alors, qu’avons-nous pensé de cet opéra dansé ? C’est parti pour la critique de danse-et-vous.com !

Un spectacle pour petits et grands

Lorsque nous avons vu Le Presbytère du Béjart Ballet Lausanne en 2015 (que le temps passe vite !), nous étions ressortis à moitié convaincus par ce spectacle dans la mesure où nous ne l’avions pas trouvé toujours compréhensible. En effet, certains tableaux étaient difficiles à analyser et nous avons quitté le Palais des Congrès de Paris quelque peu perplexe. Néanmoins, nous n’avons pas eu ce sentiment hier lors de la générale de presse de La flûte enchantée ! Pendant près de trois heures, le public découvre l’histoire du jeune prince Tamino qui doit délivrer Pamina, princesse capturée par Sarastro. C’est avec une flûte magique confiée par la reine et accompagné du drôle d’oiseleur Papageno que le jeune homme va tout mettre en oeuvre pour délivrer sa bien-aimée. Ce ballet alterne scènes magiques et comiques pendant lesquelles les danseurs livrent des chorégraphies énergiques, puissantes et précises qui se mêlent parfaitement aux différentes musiques de Mozart (sur un enregistrement de 1964 de la Philharmonie de Berlin, sous la direction de Karl Böhm). Difficile de rester insensible au talent des artistes et on ne vous cache pas qu’à la rédaction de danse-et-vous.com, nous avons eu un coup de coeur pour l’interprète de Papageno (Masayoshi Onuki) mais aussi pour Kateryna Shalkina qui n’est autre que l’interprète de Pamina… Enfin, outre le fait que ce ballet soit un pur plaisir pour les yeux, il a également su nous intéresser de part deux aspects qui sont clairement visibles pendant le spectacle : le côté féérique mais aussi le côté rituel.

bbl_la_flute_enchantee_copyrigth_annebichsel-0814-767x767_preview

Féerie et rituels, deux éléments clés du ballet

L’aspect féérique de La flûte enchantée est l’un des éléments qui rend ce ballet accessible pour un large public. Il permet à ce dernier de ce plonger dans un univers magique et poétique qui nous emporte grâce au travail chorégraphique mais aussi de par la sublime musique de Mozart. De plus, nous ne pouvons asser à côté d’un autre aspect qui lui, a su nous laisser plus sceptique par moment : l’aspect rituel. En effet, la danse et le rite ne font qu’un pour ce ballet et force est d’admettre que les tableaux sur l’évocation du rituel égyptien avec les mystères d’Isis et Osiris nous ont moins séduit de par leur compréhension moins limpide. Notons également que le couple est mis à rude épreuve pendant ce ballet puisque les tourtereaux Tamino et Pamina se cherchent, se trouvent puis ils affrontent une série d’épreuves avant de se retrouver à nouveau…

bbl_la_flute_enchantee_copyrigth_gregory_batardon_d1a9558-767x767_preview

>> La flûte enchantée par le Béjart Ballet Lausanne fut une belle découverte pour la rédac’. Bien que certains tableaux nous aient moins convaincu que d’autres, nous avons globalement été séduits par ce ballet mythique. Vous avez jusqu’au 11 février prochain pour assister à l’une des représentations au Palais des Congrès; n’hésitez pas à réserver vos billets ici, vous ne serez pas déçus !

Critique : Meryl Frezal

Crédit photos : Anne Bichsel/Gregory Batardon

 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *