Ingrid et Julien Foulon pour the Dance and Circus Show : « Cette aventure du Cirque d’Hiver est très excitante » (INTERVIEW EXCLUSIVE)

Plus que quelques jours avant de découvrir The Dance and Circus Show ! La rédaction de danse-et-vous.com a pu poser quelques questions à un duo d’artistes qui sera présent pour ce spectacle : les champions de rock acrobatique Ingrid et Julien Foulon ! On vous dévoile leur interview.

Il y a quelques jours, la rédac’ de danse-et-vous.com vous a proposé de découvrir l’interview de Steeve Gaudet et Marioara Cheptene, deux champions de danse sportive qui ont hâte de se produire devant le public à l’occasion de l’événement The Dance and Circus Show. Pour ce spectacle, de nombreux numéros de cirque et des chorégraphies diverses et variées seront au menu. Plusieurs danses seront mise à l’honneur comme la danse sportive vous l’aurez compris mais aussi le hip-hop avec les French Wingz, la salsa avec The Leon Rose Project, le boogie woogie avec Angélique et Aurélien et… Le rock acrobatique avec les artistes Ingrid et Julien Foulon ! Nous avons pu poser quelques questions à ces derniers; c’est parti pour leur interview !

D-E-V – Bonjour Ingrid et Julien Foulon et merci de répondre aux questions de danse-et-vous.com ! Vous détenez plusieurs titres de champions en rock acrobatique ; d’où vous est venue cette passion pour cette discipline ?

Ingrid – Quand j’étais petite, j’ai vu plusieurs fois du rock acrobatique à la télévision. À l’époque, j’étais gymnaste et étais très attirée par les acrobaties. Je me suis dit que j’aimerai bien faire ça ! En 1996, j’ai découvert qu’il y avait des cours de rock au sol près de chez moi. Je m’y suis rendue. Le professeur n’était autre que Yves Piacentino, danseur de rock acrobatique avec les vagabonds, c’est lui que je voyais à la télévision ! Là, il m’a également repérée et a commencé à me former en rock acrobatique. Nous avons fait des compétitions jusqu’à la cinquième place mondiale et le titre de champions de France, j’ai également fait de cette danse mon métier en me produisant en spectacle et en donnant des cours de rock.

Julien – Lorsque j’ai découvert le rock acrobatique, j’étais étudiant STAPS [ndlr, Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives]. Je faisais donc plus de 25 heures de sport par semaine avec comme spécialité la gymnastique (que je pratiquais depuis l’âge de 6 ans) et le volley, activité dans laquelle je commençais à avoir un parcours interessant. Une amie en STAPS, championne de trampoline, m’a parlé du rock acrobatique. Elle cherchait un danseur pour préparer des compétitions, elle m’a proposé de faire un essai. Je me suis dit pourquoi pas, ce n’était pas très loin de chez moi, et ce sport spectaculaire m’a donné envie d’essayer. L’essai c’est très bien passé et j’ai accroché tout de suite. Lors de mon premier cours , les professeurs (Yves et Ingrid) fêtaient leur première finale en compétition internationale. Je me suis dit : « Si je veux avoir des résultats, je suis au bon endroit » ! J’ai eu en plus la chance de rencontrer Ingrid avec qui le courant est très bien passé… Puisqu’elle est devenue ma femme quelques années plus tard. Ce qui m’a plu dans cette discipline, c’est d’abord le challenge sportif. Il faut être très complet : puissant musculairement, résistant à l’effort, souple et précis. Mais également le côté spectaculaire et acrobatique, même si le garçon est seulement là pour mettre en valeur sa partenaire.

D-E-V : Vous avez arrêté la compétition en 2009 mais pratiquez toujours le rock acrobatique. Quels sont vos activités ?

Ingrid – Après la compétition, nous nous sommes consacrés uniquement aux spectacles. Nous avons alors essayé d’améliorer nos prestation scéniques en travaillant sur les musiques et la mise en scène notamment.

Julien – En plus du rock acrobatique, nous avons profité du temps libéré par l’arrêt des compétitions pour développer notre numéro de portés, que nous présenterons d’ailleurs le 1er octobre au cirque d’hiver. Ceci dit, nous n’avons pas tout à fait quitté le circuit fédéral car nous entraînons et suivons quelques couples, ou donnons des stages pour la fédération française ou internationale. Toutefois, le développement des spectacles nous prend de plus en plus de temps. Nous pouvons nous produire dans des endroits prestigieux (Bercy, Monte Carlo, Dubaï…), comme plus conviviaux (anniversaires, mariages…), seuls, ou dans le cadre d’autres spectacles (arbre de noël, revue de cabaret…). Quoi qu’il en soit, c’est un véritable plaisir à chaque fois.

D-E-V : Vous avez fondé l’association Z’ING qui est une association de zumba. Pourquoi avoir choisi de vous orienter vers cette discipline ?

Julien – Même si je suis le président de Z’ING, la réponse en revient surtout à Ingrid ! (rires)

Ingrid – J’ai découvert la zumba par hasard en vacances. Au début, je n’ai pas accroché. Puis Julien m’a vu suivre le cours, il m’a dit : « ça c’est une activité pour toi, ça te va trop bien ! ». Du coup, je me suis inscrite immédiatement au stage de formation et là, ça a été un vrai coup de cœur : l’ambiance, les musiques, l’énergie ! Immédiatement, nous avons organisé un stage puis ouvert des cours. Ce qui m’a plu, c’est les personnes que j’ai rencontré avec la zumba; beaucoup sont devenues des amies.

D-E-V : Toutefois, c’est bel et bien pour des performances de rock acrobatique que le public vous retrouvera le 1er octobre prochain pour The Dance and Circus Show. Comment vous êtes-vous retrouvés dans cette aventure ?

Ingrid – Tout ça c’est à cause de Yves Piacentino [ndlr, le fondateur du show] ! (rires)

Julien – C’est une bien longue histoire. Ingrid a dansé avec Yves jusqu’en 2004. Yves est le fondateur de la société Dance and Circus mais également notre entraîneur, notre manager pour les spectacles. C’est bien simple : chaque fois qu’il a une idée, un projet, il essaye toujours de nous inclure dedans. Bon, parfois, il n’est pas toujours facile à suivre mais cela nous permet de créer de nouveaux shows et d’aller de l’avant. Cette aventure du Cirque d’Hiver est très excitante, d’autant que nous sommes fiers de partager la scène avec tous les artistes de talents qui seront présents ce jour là.

D-E-V : Peut-on en savoir plus sur les chorégraphies qui seront au menu ?

Ingrid – Pour nous, trois passages sont prévus. D’abord un be bop, c’est-à-dire du rock piétiné avec des acrobaties. C’est un passage de danse tel que l’on aurait pu en voir dans les années 50-60. C’est très dynamique. On dansera avec William et Elodie mais aussi Franck et Valérie à 3 couples.

Julien – Ensuite, nous présenterons notre numéro de portés. Là, le travail est très différent. C’est un travail de force et d’équilibre. Pour améliorer nos intentions artistiques et rendre le numéro plus vibrant, nous avons travaillé avec Laurence Fanon, chorégraphe de l’Opéra de Lyon. C’est un numéro tout en émotions. Notre troisième passage, c’est le rock acrobatique (à 3 couples comme pour le be bop). Là, ça va très vite, il y a de la performance, c’est très impressionnant mais on vous laissera découvrir sur place !

D-E-V – Enfin, quels sont vos projets futurs ?

Julien – Les projets il y en a beaucoup. On aimerait travailler avec de nouvelles troupes, développer ce spectacle Dance and Circus. Créer d’autres spectacles enfants comme ceux auxquels nous allons participer tout l’hiver [ndlr, le coco bongo en production à Longjumeau]. Puis travailler pourquoi pas sur d’autres musiques. On ne manque pas d’idées !

Interview : Meryl Frezal

Crédit photo : Dance and Circus Events

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *