Got to dance : Émission 2, les auditions continuent, en route vers les demi-finales ! (Résumé)

La compétition Got to dance a continué ce soir et pour cette deuxième émission, nous espérions voir une nouvelle fois des candidats se démarquer. La rédaction de danse-magazine.com a-t-elle vu de belles prestations ? C’est parti pour notre récap’ de l’émission !

La semaine dernière, danse-magazine.com vous a fait son résumé de la première émission de Got to dance qui a été diffusée sur TMC. Nous nous faisions une joie à l’approche de ce programme puisqu’il est rare de voir à la télévision française ce genre de concours. Le point fort de l’émission, c’est sans nul doute le fait que de nombreuses disciplines sont représentées.Toutefois, il semblerait que cet atout n’ait pas réellement conquis les téléspectateurs… En effet, pour la diffusion du programme la semaine passée, ce sont seulement 417.000 téléspectateurs (soit 1,9% de PDA) qui étaient devant leur écran de télévision. Des audiences décevantes dans la mesure où la chaîne pensait démarrer sur les chapeaux de roues pour cette première ! Néanmoins, les débuts ne sont pas toujours évidents alors qui sait, peut-être que de belles surprises sont à venir dans Got to dance et que le public sera plus au rendez-vous à l’avenir. De notre côté, nous avons suivi une nouvelle fois la compétition ce soir et comme toujours, on vous résume en détails tout ce que vous avez manqué (ou pas).

800x800-Logo-Got-to-dance-fond

Qui remportera l’émission ?

Evanescence, un modern jazz qui a séduit David Carreira

Le groupe a-t-il réussi à faire « quelque chose de visuel, d’énergique » comme il le souhaitait ? Les jeunes femmes ont livré une chorégraphie synchro certes, mais au-delà de leur rigueur et de leur justesse, nous n’avons pas été plus convaincus que cela par leur performance. Non pas qu’elles n’aient pas de talent mais pour prétendre au titre de gagnant de Got to dance, il faut laisser les spectateurs sans voix ce qui n’a pas été notre cas. Qu’en a pensé le jury ? Celui-ci a été conquis puisque les danseuses ont obtenu trois étoiles dorées. Toutefois, Stéphane Jarny a souligné le fait qu’elles ont manqué de « raffinement » dans leurs gestes. Le groupe a choisi David Carreira pour poursuivre l’aventure, lui qui a été totalement séduit par le travail des jeunes femmes.

Elysha, une danseuse de dancehall qui a le rythme dans la peau

Du haut de ses 7 ans, Elysha est « une petite fille pleine d’énergie » comme cela a été mentionné dans son portrait et elle l’a prouvé sur scène. Entre chorégraphie plutôt maîtrisée et improvisation, la jeune danseuse a su faire se lever le jury et même danser Mia Frye ! D’ailleurs, les trois mentors sont montés sur scène pour saluer le talent d’Elysha. Toutefois, force est d’admettre que dès que les mentors sont face à un enfant, ils en font (un peu) trop… Ils ont validé à l’unanimité sa performance et celle qui a été surnommée « mini Mia » n’a pu contenir sa joie. C’est sans surprise qu’elle a choisi la chorégraphe pour la guider tout au long de la compétition.

Cécilia et Khaled, une choré’ contemporaine qui n’a pas séduit

La chorégraphie des jeunes gens faisait plaisir à voir ! On sentait toute leur sincérité dans leur danse et malgré quelques légers problèmes de réception, ils ont livré une belle prestation qui a su nous toucher. Toutefois, Stéphane Jarny n’a pas été touché par leur travail : « Il faut envoyer vraiment du gros lourd, vous avez vraiment du potentiel pour ça » et il a regretté le manque de « connexion émotionnelle » entre les danseurs. Mia de son côté est déçue qu’ils n’aient pas été retenus car elle a pris un « grand plaisir » à les regarder. David Carreira leur a conseillé de continuer à travailler bien que leur aventure se soit arrêtée là. On ne vous cache pas que la décision des mentors nous a quelque peu déçu !

Alegria, une quasi perfection 

Ces six danseurs passionnés « amoureux du travail et de la danse » misent tout sur la perfection de leurs mouvement pour impressionner le jury. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la synchronisation, ils connaissent et ce, que ce soit au sol ou en l’air. Nous aurions aimé un peu plus de gestuel de leur part mais concrètement, leur performance était très proche de la perfection. Sans surprise, les juges ont validé le groupe pour accéder à la prochaine étape et le groupe a choisi Mia.

Inès, une prestation lyrical jazz remarquée

Cette danseuse a commencé à danser dès l’âge de trois ans et une chose est sûre, on sent qu’elle a de l’expérience lorsqu’elle commence à bouger. Il suffit de voir comment elle alterne mouvements rapides et lents et surtout, de voir comment elle se réceptionne. Petite déception à la fin puisque sa chorégraphie ne s’est pas conclue à proprement parler. Les jurés ont été unanimes eux aussi : Inès continue l’aventure Got to dance. Mia a parlé d’une « vraie artiste » qui a proposé « quelque chose d’hors du commun » et Stéphane d’un « moment de danse magnifique ». C’est d’ailleurs avec ce dernier qu’elle a décidé d’affronter la suite de la compétition.

Sophie et Alain, une samba qui a manqué de pep’s

Ce duo a une certaine expérience de la danse et il fait partie des participants les plus âgés de la compétition. Toutefois, leur âge ne leur fait pas peur ! Néanmoins, leur chorégraphie a manqué de pep’s et nous sommes restés un peu sur notre faim. Peut-être que la chanson « Bella » de Maître Gims n’a pas aidé pour ceux qui voulaient montrer une samba digne de ce nom… Le jury a souligné l’élégance de leur couple mais il n’a pas été séduit malgré tout.

Meaghan et Virgil, un duo touchant

Les jeunes danseurs belges ont livré une jolie prestation qui nous a séduit non seulement de par leurs mouvements mais aussi grâce à la théâtralité de leur prestation. Même si nous avons senti leur jeunesse pendant leur chorégraphie, celle-ci ne nous a pas laissé indifférent et le jury a lui aussi été conquis par ce qu’il a vu. David Carreira a été très ému par leur sensibilité et les participants ont été conquis par ses commentaires si bien qu’ils l’ont choisi en tant que mentor.

mentors-plateau-de-got-to-dance-3-c09e0b-3@1x

Les membres du jury

La bourrée montagnarde, danse traditionnelle

Ce groupe a été fondé en 1027 et les traditions de celui-ci ont été perpétuées depuis. Bien que leur performance n’ait pas séduit le jury, elle a conquis le public et les Auvergnats ont été ravis de représenter leur région. Nous avons apprécié de voir une danse aussi originale bien que celle-ci ne corresponde pas au format Got to dance.

Just Say, les « lumières » de Got to dance selon Mia Frye

Le groupe souhaitait séduire Mia Frye tout particulièrement, a-t-il réussi ? Ce que nous avons noté, c’est qu’il y a eu un léger décalage être  les danseurs. Cela est dommage puisque leur mise en scène était agréable à regarder mais globalement, leur chorégraphie était réussie et le seul garçon, Thomas, n’est pas passé inaperçue. C’est également ce qu’a pensé le jury et les danseurs n’ont pu cacher leur émotion. Comme prévu, ils ont choisi Mia Frye pour poursuivre leur aventure.

Famille Cormier, une choré’ de danse afro-américaine qui a divisé 

La bonne humeur de la famille Cormier et leur énergie sont indéniables. Cependant, leur chorégraphie s’est avérée un peu « brouillon » ce qui est dommage puisqu’on aurait aimé voir une prestation plus rigoureuse. Mia Frye a passé un très bon moment et a apprécié la mise en scène. Toutefois, la bonne humeur du groupe n’aura pas séduit Stéphane Jarny et David Carreira

Manoah Michelot, la danse classique qui a ému le jury

Grâce, pureté et élégance, voici les termes qui convenaient à la prestation du danseur. Celui-ci a su nous toucher et ce fut également le cas du côté des juges. Cependant, Manoah a encore beaucoup de travail à fournir et il pourra s’entraîner avec Stéphane qui l’a encouragé dans cette voie. On lui souhaite une belle continuation dans l’aventure Got to dance !

Tap Lady’s, les claquettes n’ont pas fait le bruit souhaité

Les danseuses de claquettes ont su sortir des rythmes celtes que nous entendons habituellement pour leur prestation. Elles n’ont pas hésité à danser sur le tube « Womanizer » de Britney Spears ce qui a donné un nouvel élan à leur chorégraphie. Toutefois, contre toute attente, le jury n’a pas souhaité les voir continuer l’aventure ! Certes, les jeunes femmes ont encore des années de travail devant elles mais nous espérions qu’elles aient au moins une étoile dorée…

Saltarock, le duo de danseurs rock qui fait l’impasse sur leur handicap

Ce duo de danseurs sourd muet a souhaité montrer que leur handicap n’en est pas réellement un lorsqu’ils dansent. Certes, ils n’ont pas été 100 % en rythme mais force est d’admettre qu’ils ont livré une belle performance malgré leur surdité. Lors de la fin de leur chorégraphie, seul David Carreira leur avait attribué une étoile dorée et finalement, Mia et Stéphane ont changé d’avis lorsqu’ils ont appris leur handicap, un retournement de situation que nous n’avons pas forcément apprécié… Néanmoins, nous sommes tout de même ravis que le duo ait eu sa chance d’aller en demi-finales. Il a d’ailleurs désigné Stéphane Jarny pour continuer la compétition.

Les DDM, de vrais drôles de mecs ?

Le mélange d’humour et de danse a-t-il fonctionné ? Pas vraiment si on en croit les juges qui ont été deux sur trois à donner une étoile rouge. Il faut dire que bien que nous ayons souri lorsque les jeunes hommes ont commencé leur mise en scène, la danse nous a un peu manquer tout comme pour les mentors.

Simhamed et Kévin, un mélange de hip-hop et de contemporain

Ces deux danseurs de hip-hop (popping et breakdance) ont souhaité montrer quelque chose d’inédit au jury. Ceux-là voulaient montrer toute leur expérience acquise pendant plusieurs années de travail. C’est par le biais d’une chorégraphie contemporaine qu’ils ont choisi de le faire. Il est vrai que leur performance était très subtile et pleine de finesse. David Carreira et Stéphane Jarny ont té séduits si bien que le chanteur a demandé à la chorégraphe de changer son vote puisqu’elle n’a pas totalement compris l’univers du duo.

Azaria, la danse africaine revisitée

On ne sait pas vous mais nous ces quatre jeunes femmes nous ont donné la pêche si bien que nous aurions aimé qu’elles continuent de danser ! Elles ont su présenter une chorégraphie originale et tout le long de celle-ci, nous avons été surpris par les changements de rythme et de style. Le jury a été séduit lui aussi et les danseuses ont choisi de travailler avec David Carreira.

Résumé : Meryl Frezal

Crédit photos : TMC

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *