DANSER RÉSISTER – Une minute de danse par jour : Quand danser et manifester ne font qu’un, notre critique !

Voilà quelques jours maintenant que la rédaction de danse-et-vous.com s’est penchée sur le livre « DANSER RÉSISTER – Une minute de danse par jour » dirigé par Nadia Vadori-Gauthier. Qu’avons-nous retenu de cet ouvrage ? 

Il y a peu, danse-et-vous.com vous a proposé de découvrir le livre « DANSER RÉSISTER – Une minute de danse par jour », un ouvrage engagé selon lequel la danse est évoquée comme un acte de résistance poétique. Nul doute que vous avez déjà entendu parler de Nadia Vadori-Gauthier et de ses vidéos « Une minute de danse par jour » qui ont fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux. Suite aux attentats de janvier 2015, celle-ci s’est lancée un projet : celui de publier tous les jours une vidéo pour laquelle elle se met en jeu afin de créer un lien avec ce qui l’entoure pour que la danse soit alors un « art qui se mêle à la vie » comme elle l’écrit elle-même.

Le lecteur peut alors découvrir en détails l’expérience de Nadia Vadori-Gauthier via les diverses danses qu’elle pratique pour ses vidéos (celles qu’elle qualifie de « spectaculaires », « banales » et « singulière ») mais aussi les difficultés auxquelles elle s’est heurtée comme l’incompréhension des gens, leur méfiance et même leurs craintes. Pour réaliser son projet, Nadia Vadori-Gauthier a dansé 1001 jours et en faisant référence à la citation de F. Nietzsche : « Et que l’on estime perdue toute journée où l’on n’aura pas dansé au moins une fois », elle a déclaré : « Si chaque jour doit être dansé pour ne pas être perdu, alors je devrais danser jusqu’à ce que je sois morte ». Une phrase qui bien sûr, témoigne de la volonté de celle-ci de mener son projet à terme et d’en faire connaître tout son sens.

Pour son ouvrage, l’artiste propose au lecteur de découvrir quelques images de ses vidéos qu’elle a choisi de tourner au sein de plusieurs endroits, que ce soit à Paris et à l’étranger. Une grande humanité ressort de ces photos qui nous ont donné envie de découvrir davantage le travail de Nadia Vadori-Gauthier. Enfin, ce ne sont pas uniquement ces clichés et les mots de cette dernière qui ont attiré notre attention, loin de là !

En effet, pour cet ouvrage, sept textes de divers auteurs sur le thème de la danse comme acte de résistance, comme expérimentation quotidienne ou autres sont également proposés à la lecture. La professeure Katia Légeret par exemple s’est intéressée aux danses les plus engagées de Nadia; à ses chorégraphies qui dépassent les limites « de ce qu’on croit être un corps ». On en apprend plus sur la symbolique des danses de l’artiste mais aussi sur les styles de celles-ci. Le spécialiste de la danse Roland Huesca aborde quant à lui l’idée que l’artiste veut appréhender le monde autrement en s’ouvrant aux êtres et aux choses.

Globalement, le travail de Nadia Vadori-Gauthier est bel et bien défini comme un travail de résistance, « un combat pour la danse » comme l’énonce Marie-Luce Liberge. Cet ouvrage invite clairement au débat et à diverses réfléxions très intéressantes au sujet de la danse. Nous avons été conquis par ce dernier et on vous invite à vous le procurer ici si ce n’est pas déjà fait. Une chose est sûre : la danse aura un tout autre sens pour vous à l’issue de la lecture de ce livre…

Couv

Critique : Meryl Frezal

Crédit photo : éditions Textuel – Nadia Vadori-Gauthier

 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *