Celtic Legends ou quand l’Irlande et ses traditions débarquent à l’Olympia !

La rédaction de danse-magazine.com s’est rendue à l’Olympia pour voir la troupe Celtic Legends sur scène et tenter de nous sentir en Irlande l’espace d’une représentation. Alors avons-nous pris un aller sans retour ? On vous délivre sans plus tarder notre critique.

L’Olympia. Paris. Il est 15h30. La troupe de Celtic Legends fait son entrée sur scène. Vingt danseurs arrivent dont la chorégraphe du show, Jacintha Sharpe. Six musiciens sont également de la partie sous la houlette du directeur musical Sean McCarthy. Dès le début du spectacle, nous sommes plongés au coeur de l’Irlande avec une ouverture composée de musique celtique. Par la suite, les danseurs ont exécuté leur première chorégraphie et nous comprenons que la musique et la danse auront une place égale pendant le spectacle. Un autre élément nous a sauté aux yeux bien sûr : la rapidité et la précision avec laquelle les danseurs ont pratiqué la danse irlandaise. Les danseuses ressemblaient à nymphes et sautillaient tellement que leurs pieds ne touchaient quasiment pas le sol pendant leur chorégraphie. D’ailleurs, nous avons pu remarquer que celles-ci avaient plus souvent des chaussons souples de danse qui s’appellent les « ghillies » que des claquettes (les « hard shoes« ) à la différence des danseurs masculins qui eux, étaient chaussés avec ces dernières pendant le show. Le corps droit, les bras le long du corps qui étaient par moment ramenés en dessus de la poitrine et des sautillements, voici les principales caractéristiques que nous avons observé concernant la danse irlandaise.

Concernant la musique, nous tenons à saluer particulièrement le talent de l’accordéoniste lorsqu’il a joué en solo pour ceux qui disent que cet instrument est ringard… Croyez-nous, vous changerez d’avis si c’est ce que vous pensez ! Alterner les parties musicales et dansantes étaient une bonne idée pour la mise en scène mais la rédac’ de danse-magazine.com aurait aimé voir plus de chorégraphies (eh oui que voulez vous, quand on est passionné, on ne l’est pas à moitié !) D’ailleurs, en parlant de danse, nous avons observé un élément qui a été particulièrement regrettable pendant le show : le placement. En effet, c’est le seul véritable bémol que nous avons constaté. Les danseurs semblaient avoir des difficultés à trouver les bons repères sur scène et bien que lors de la deuxième partie, ce soucis se soit amélioré, il était toujours présent. Enfin, nous avons rapidement laissé de côté ce détail face à la sympathie d’une telle troupe. Concernant la mise en scène, nous avons moyennement apprécié la première chorégraphie de la deuxième partie avec les balais qui selon nous, ne s’intégraient pas correctement dans le décor. Certes, l’idée était bonne et c’est ce que nous avons préféré retenir mais le rendu n’était pas à la hauteur de nos espérances. Peut-être que des bâtons en bois auraient été plus judicieux comme accessoires ?! Pour les costumes, ceux-là étaient jolis mais nous n’avons pas été spécialement marqué par ceux-là sauf lorsque les danseuses sont apparues en robes longues qui étaient parfaitement adaptées avec leur chorégraphie.

CELTIC-LEGENDS-AFF-40X60-fnac

Talentueuse mais aussi drôle, cette troupe nous a prouvé son sens de l’humour. Par exemple, Sean McCarthy (cité plus haut dans cet article), n’a pas hésité à dire quelques mots de français pour faire rire le public et mettre l’ambiance dans la salle. « Taper des pieds, taper des mains et crier ‘Wouhou' », voilà se qu’il fallait faire pendant le spectacle selon les propres dires du directeur musical. Lors de la deuxième partie, un danseur prénommé Jason a également ajouté une pointe d’humour mais nous ne vous en disons pas plus au cas où vous n’auriez pas encore vu la troupe sur scène. Le public a été réceptif à cette humour et c’est bel et bien de nombreux sourires qui étaient visibles dans la salle de l’Olympia. Cette troupe a su insuffler une belle énergie sur scène et malgré quelques défauts pendant ce spectacle, nous avons véritablement passé un bon moment. Après cet aller pour l’Irlande, force est d’admettre que nous étions pas prêt de revenir au cœur de la capitale française… Sachez que la troupe est à l’Olympia jusqu’à demain et qu’elle continue sa tournée française si vous ne résidez pas à Paris. Toutes les dates se trouvent ici !

Critique : Meryl Frezal

Crédits : Celtic Legends – RICHARD WALTER PRPODUCTIONS/HERISSON PRODUCTIONS

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *