Ballerina : Des prouesses techniques et une initiation au classique, notre critique !

Le film d’animation Ballerina est sorti dans les salles le 14 décembre dernier. Nous sommes allés découvrir l’histoire de Félicie et de son meilleur ami Victor; danse-et-vous.com vous dévoile sa critique.

Il y a quelques jours, la rédaction de danse-et-vous.com vous a proposé de découvrir le making-of de Ballerina avec Aurélie Dupont et Jérémie Belingard. Il nous tardait de visionner ce film d’animation au vu du plaisir visuel que nous avons eu en découvrant ces images. Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous n’avons pas été déçus du résultat mais bien que nous ayons noté beaucoup de points positifs, certaines choses nous ont moins enthousiasmé… C’est parti pour notre critique !

Des prouesses techniques indéniables

En effet, nous avons été charmés dès le début par la superbe représentation de l’Opéra de Paris qui est vraiment conforme à ce qu’est ce magnifique monument en réalité. Quant à la technique de la motion capture, elle est particulièrement bien employée. En effet, pour ceux qui ne connaissent pas cette dernière, elle consiste à enregistrer les mouvements d’objets ou de personnes pour les contrôler virtuellement grâce à un ordinateur. Ainsi, les chorégraphies d’Aurélie Dupont et de Jérémie Béelingard ont pu prendre vie au sein de ce film d’animation par le biais du personnage de Félicie mais encore celui de la danseuse Rosita Mauri (danseuse espagnole qui a fait carrière à l’Opéra de Paris) qui danse pour le ballet Le Lac des Cygnes dans le dessin-animé. Ce film d’animation offre également aux spectateurs une véritable plongée dans le Paris du 19e s avec notamment de superbes reproductions de la Tour Eiffel mais aussi de la Statue de la Liberté qui étaient en construction à cette époque sans oublier les typiques ruelles parisiennes. Enfin, revenons à ce que nous attendions vraiment de ce film : les références à la danse classique.

Le classique (pas totalement) à l’honneur

Au vu du titre du film d’animation, pas de surprises à attendre : la danse classique serait au menu de celui-ci ! Ainsi, nous attendions de voir comment est ce que cette discipline si complexe allait être présentée. Les moins connaisseurs peuvent découvrir les cinq positions à connaître absolument en classique mais aussi les pirouettes, ce qu’est le grand jeté, saut particulièrement difficile pendant lequel les jambes se retrouvent en grand écart en l’air pendant quelques secondes. De plus, comme énoncé plus haut, il y a une référence au célèbre ballet de Tchaïkovsky alias Le Lac des Cygnes mais aussi une autre à Casse-Noisette. Choisir ces ballets fut judicieux de la part des producteurs et scénaristes dans la mesure où ils sont particulièrement connus et que même les plus jeunes peuvent être interpellés par les airs de Tchaïkovsky. Cependant, force est d’admettre que nous aurions aimé davantage de scènes dansantes. Nous avions eu l’eau à la bouche lorsque nous avons découvert les chorégraphies qui ont été pensées pour ce film d’animation et nous sommes restés quelque peu sur notre faim de ce côté-là. En ce qui concerne les musiques, nous aurions préféré entendre plus de sonorités classiques pendant Ballerina et ce, notamment lors de l’ultime scène qui met en lumière Casse-Noisette (c’est le titre Confident de la chanteuse Demi Lovato qui a été choisie pour clore ce film d’animation; étrange, non ?!) Enfin, nous avons apprécié de retrouver des personnalités du monde de la danse comme Rosita Mauri mais encore Louis-Alexandre Mérante qui fût le premier maître de ballet de l’Opéra de Paris en 1869. Concernant le message de ce film d’animation, que pouvons-nous en dire ?

Un message en demi-teinte

Comme beaucoup de films d’animation destinés au jeune public, il est souvent question de l’importance de croire en ses rêves et de tout faire pour les suivre. D’ailleurs, lorsqu’on demande une nouvelle fois à Félicie pourquoi danse-t-elle, c’est avec une grande simplicité qu’elle finit par répondre : « Je danse parce que c’est mon rêve ». Ce qui est indéniable, c’est que cette petite n’a peur de rien pour accomplir son rêve : de sa fuite de l’orphelinat à ses moments de détresse à Paris lorsqu’elle se retrouve sans son ami Victor aux nombreux cours de danse qu’elle prend pour se perfectionner; Félicie est un personnage déterminé. Cependant, bien que ce message positif soit positif, ne manque-t-il pas de fond ? En effet, la jeune fille devient danseuse en quelques jours seulement et bien que la personne qui l’ai recueillie [ndlr, Odette] lui enseigne des pas de danse, notons que Félicie se retrouve rapidement sur la scène de l’Opéra de Paris… Enfin, nous dirons que c’est la grande passion de Félicie pour cet art qui l’a beaucoup aidée à accomplir de telles prouesses en si peu de temps ! 🙂 Après tout, n’oublions pas que la passion est « l’essence pour danser »

Critique : Meryl Frezal

Crédit photo : Capture d’écran – Gaumont Distribution

 

About The Author: Meryl Frezal

Diplômée d'une licence de lettres modernes mention rédaction professionnelle et communication multimédia, je me suis lancée dans le journalisme suite à un stage de fin d'étude par goût de l'écriture et du contact avec les autres. Résultat : Après une expérience de deux années en tant que rédactrice en chef adjointe pour un média, j'ai décidé de lancer mon propre site et de le consacrer à ma passion : la danse bien sûr !

Comments


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *